Bienvenue chez Adelette et ses amis

Discussions entre amis , graphisme
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La vie de nos ancêtres

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
MartineAB
Moderateur
avatar

Féminin Messages : 2800
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 69
Localisation : PACA

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Ven 20 Jan - 7:59

Après le grand'père scieur de long, voici maintenant le métier de Virginia ....

Quand j'étais petite, ma mère ( 1911/ 1999) me parlait beaucoup de sa propre mère, décédée en 1945 et que je n'ai donc pas connue.

Je possède une photo d'elle, jeune femme, juchée sur un âne, en pleine campagne, jeune mariée, avec son mari, debout à côté d'elle, qui la «   couvait «   d'un œil amoureux.

Un couple rieur, prêt de confiance dans la vie, prêt à venir en FRANCE, pour y travailler et vivre une vie meilleure, une vie où l'on n'aurait plus faim.

Lorsque j'écoute les chansons populaires de cette époque, le mot «   lavoro «   ( travail ) y revient beaucoup. Ces gens étaient de gros travailleurs, et je ne m'étonne plus qu'actuellement, leurs descendants, souvent, ont de belles maisons …

Ils ont donc passé la frontière, se sont installés à CANNES et là, il fallait travailler. Mon grand'père a décrété, à l'époque, que «   puisque la FRANCE l'accueillait et lui donnait du travail, à partir de ce jour, non seulement il se sentait français, mais ne voulait plus que parler français «   …..

Ma grand'mère, sans emploi, voulait donc apprendre le métier de matelassière. A l'époque, on avait un seul matelas, et, au bout de quinze ans, il prenait la forme de corps, de préférence de celui qui était le plus lourd, et ça n'était guère pratique pour le conjoint, il fallait donc le réparer. C'est là que la matelassière entrait en jeu /  elle installait son «   barda «   dans la rue et les gens venaient apporter leur matelas, qui était donc réparé sur place...

Ma mère me disait qu'il y avait à l'époque, une autre matelassière, plus âgée, qui ne voulait pas lui apprendre le métier, car elle craignait que Virginia que lui emporte sa clientèle, et la jeune femme a appris son métier en la regardant faire, ma mère me disait «   elle lui a volé le métier «  . Pour survivre, pour pouvoir faire manger sa famille …

Donc, ma grand'mère maternelle  est devenue une matelassière réputée à CANNES.

Je ne possède aucune photo de cette époque, hormis celle de la jeune femme rieuse sur son âne, en plein Piémont, mais j'ai trouvé des photos sur Google  :


Hébergé par Imagesia, le meilleur hébergeur d'images du net !
Hébergé par Imagesia, le meilleur hébergeur d'images du net !
Hébergé par Imagesia, le meilleur hébergeur d'images du net !
Hébergé par Imagesia, le meilleur hébergeur d'images du net !
Hébergé par Imagesia, le meilleur hébergeur d'images du net !


Revenir en haut Aller en bas
Adelette
Admin
avatar

Féminin Messages : 42396
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 71
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Ven 20 Jan - 11:10

Une histoire très touchante, voilà pourquoi je n'aime pas que l'on refuse les "migrants", il faut qu'ils s'adaptent, les italiens surtout, les espagnols aussi, et les portugais notamment se sont bien intégrés, laissons voir ce qu'il adviendra des autres ...

En tout cas, en plus tu racontes d'une manière très agréable à lire, merci Martine


Revenir en haut Aller en bas
http://www.adelette.net
Adelette
Admin
avatar

Féminin Messages : 42396
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 71
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Ven 20 Jan - 11:14

Voilà ce que j'ai trouvé

Jusque dans les années 1950, il était encore courant que les matelas fussent rembourrés avec de la laine et du crin de cheval. On mélangeait la laine avec du crin afin de donner une meilleure consistance au matelas. Il fallait faire refaire les matelas périodiquement car la laine dans le matelas avait tendance à se tasser aux endroits les plus utilisés. Il y avait des personnes spécialisées : les matelassiers ou matelassières. Certaines pouvaient travailler dans leur atelier mais d'autres se déplaçaient jusqu'au domicile des particuliers.

Lors de la réfection, on réutilisait la laine du matelas. Mais, il fallait toujours ajouter de la laine supplémentaire. Bien sûr, on pouvait mettre de la laine neuve mais souvent on prenait de la laine de récupération provenant d'anciens matelas totalement hors d'usage. La laine qui a déjà servi s'est tassée. Il est donc nécessaire de lui redonner du volume et de la souplesse. Cette opération — le cardage — se faisait alors à la main. Toute la famille s'y mettait.

C’était un peu la corvée de chaque soir. Après le dîner, mes parents, ma sœur et moi, nous mettions en tenue pour carder cette laine pendant quelques heures. Autour de la table ronde de la cuisine, nous étions tous les quatre avec nos petits tas de laine à transformer. Chaque pincée de laine était étirée, manipulée, aérée, pour la rendre la plus légère possible, ainsi la laine perdait toute sa poussière et devenait toute « aérienne ».

Lorsque toute la laine était ainsi cardée nous n’avions plus qu’à demander à la matelassière d’en prendre possession pour nous refaire le matelas. Elle devait nous fournir le tissu, le crin de cheval pour le mélanger à la laine.
Les matelas d'alors n’avaient pas la hauteur des matelas actuels, ils étaient plus tassés , mais aussi plus légers que ceux de maintenant. Ils étaient plus chauds et très douillets.

J’ai encore, dans des chambres de réserve, quelques lits avec ces matelas d’antan. Il est dur de s’en séparer : retour dans le passé, nostalgie des choses d’autrefois qui nous rappellent notre tendre jeunesse, et ceux à jamais disparus.

Fernande Germain


Revenir en haut Aller en bas
http://www.adelette.net
MartineAB
Moderateur
avatar

Féminin Messages : 2800
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 69
Localisation : PACA

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Ven 20 Jan - 18:55

Merci beaucoup, Adelette.


Revenir en haut Aller en bas
la commingeoise
*****
*****
avatar

Féminin Messages : 6014
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 49
Localisation : Villate, Midi-Toulousain, Haute-Garonne, Occitanie, Pyrénées-Méditerranée

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Sam 21 Jan - 15:32



Revenir en haut Aller en bas
Adelette
Admin
avatar

Féminin Messages : 42396
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 71
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Mer 11 Juil - 13:53

11 Juillet 1918

Ce jour-là, le Petit Journal évoque deux moyens de paiement à développer : le chèque et le virement et une heureuse application : le chèque postal. Et aussi : :nous approchons de Longpont et pénétrons dans Corcy ; la bataille en Albanie ; l'amiral Hintze succède à von Kuhlmann ; les généraux Guillaumat et Fayolle grand-croix de la Légion d'honneur ; ils avouent leur échec ; avant la Haute-Cour ; l'organisation de la culture des terres abandonnées ; 14 juillet jour de fête ;




Revenir en haut Aller en bas
http://www.adelette.net
MartineAB
Moderateur
avatar

Féminin Messages : 2800
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 69
Localisation : PACA

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Mer 11 Juil - 14:59

on trouve ça si normal, de nos jours, de faire un chèque ou un virement !


Revenir en haut Aller en bas
BIOU
*****
*****
avatar

Féminin Messages : 3042
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 68
Localisation : GARD

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Mer 11 Juil - 16:39

 

Merci pour ce document. Je me souviens aussi dans mon plus jeune âge ma mère faisait carder la laine par un matelassier et qui remettait une toile neuve.


Revenir en haut Aller en bas
Adelette
Admin
avatar

Féminin Messages : 42396
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 71
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Mer 11 Juil - 20:01

Chez nous aussi , je me souviens que maman faisait venir un matelassier.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.adelette.net
Adélina
*****
*****
avatar

Féminin Messages : 11807
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 72
Localisation : OISE

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Mer 11 Juil - 20:54

Idem pour bibi.

On tondait les moutons,on lavait la laine.....quelle galère!


Revenir en haut Aller en bas
Adelette
Admin
avatar

Féminin Messages : 42396
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 71
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Ven 13 Juil - 18:43

Le 12 juil. 2018 par Frédéric Thébault
Ce jour-là, le Petit Journal annonce que l'échange des prisonniers de guerre commencera le 15 juillet. Et aussi : l'amitié italienne ; le 14 juillet en Italie ; chaque jour des succès locaux, Corcy entier est conquis, la forêt de Retz dégagée, le classement et l'emploi des divisions allemandes ; Hertling comparaît devant la commission du Reichstag ; les méthodes américaines ont raison de la routine ; 362 appareils boches, 600 tonnes d'explosifs, tel est le travail de notre aviation en juin ; mort accidentelle de l'as britannique Mac Cudden ; comment la Haute-Cour procédera le 16 juillet ; une manoeuvre pour porter atteinte à la Banque de France et renverser le Cabinet : elle échoue ; caricature de Radiguet : le successeur de Kuhlmann...




Revenir en haut Aller en bas
http://www.adelette.net
MartineAB
Moderateur
avatar

Féminin Messages : 2800
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 69
Localisation : PACA

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Ven 13 Juil - 20:46

Merci, ADELETTE.


Revenir en haut Aller en bas
Adelette
Admin
avatar

Féminin Messages : 42396
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 71
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Dim 15 Juil - 10:52

Définition de État civil
en partenariat avec
Baumann Avocats Droit informatique
L'état civil d'une personne, est constitué de l'ensemble des éléments relatifs à la personne qui identifient un individu. Par extension c'est l'appellation donnée aux services administratifs d'une Commune qui reçoivent les déclarations et qui conservent les registres concernant les naissances, les reconnaissances d'enfants naturels, les mariages et les décès. Relativement aux actes constatant le décès d'enfants nés sans vie, la Première Chambre civile de la Cour de cassation a rappelé que la Loi ne subordonnait l'établissement d'un acte d'enfant sans vie, ni au poids du foetus, ni à la durée de la grossesse (1ère Civ. - 6 février 2008. (3 arrêts), BICC n°682 du 15 mai 2008). La note du Service de Documentation de la Cour de cassation, a précise que l'acte, qui est inscrit à sa date sur les registres de décès, permet notamment d'attribuer des prénoms à l'enfant, de désigner ses parents, de l'inscrire sur le livret de famille à titre de simple mention administrative, d'avoir accès à certains droits sociaux et autorise les parents à réclamer le corps de l'enfant afin d'organiser des obsèques. Voir ci-après la référence à l'article de M. Loiseau dans la Bibliographie ci-après;

Pour justifier une demande de rectification de la mention du sexe figurant dans un acte de naissance, la personne doit établir, au regard de ce qui est communément admis par la communauté scientifique, la réalité du syndrome transsexuel dont elle est atteinte ainsi que le caractère irréversible de la transformation de son apparence. Cette justification manque en fait lorsque la requérante a subi une mastectomie totale avec greffe des aréoles, lorsque le caractère irréversible du changement de sexe ne résulte pas des justifications produites et que la demanderesse a déclaré que par principe, elle refusait de se prêter à des opérations d'expertise en vue de faire cette démonstration. (1ère Chambre civile 7 juin 2012, deux arrêts : pourvois n°11-22490, et 10-26947, Juritravail 11 juin 2012, BICC n°771 du 15 novembre 2012 et Lexbase même date via Twitter et Legifrance). Les conclusions de l'avocat général sont parues dans la Gazette du Palais, no 172-173, 20-21 juin 2012, Jurisprudence, p. 8 à 13 : L'exigence de preuve de la réalité du syndrome transsexuel - le caractère irréversible de la transformation de l'apparence sexuée. Consulter aussi 1re Civ. - 13 février 2013, pourvoi n°12-11949, et 1re Civ. - même date N°11-14515, BICC n°783 du 1er juin 2013, BICC n°786 du 15 juillet 2013 et Legifrance et la note de Madame Inès Gallmeister référencée dans la Bibliographie ci-après.

L'opposition du ministère public, en qualité de partie principale, confère à une procédure relative à une demande de rectification d'un acte d'état civil, normalement gracieuse, un caractère contentieux. Lorsque le Ministère public s'est opposé à cette rectification sollicitée par l'intéressé et que celle ci a été rejetée, cette contestation a conféré un caractère contentieux à la procédure. Etant devenu irrévocable, la décision de rejet a alors acquis l'autorité de la chose jugée, ce qui faisait obstacle à la recevabilité d'une nouvelle requête tendant aux mêmes fins. (1ère Chambre civile 16 décembre 2015, pourvoi n°14-26479, BICC n°841 du 1er mai 2016 et Legifrance).

L'Etat civil pris en tant que service public, est tenu en France comme dans les territoires et les départements d'outre-mer sous la responsabilité des maires. À l'étranger, les services diplomatiques et consulaires français tiennent des registres relatifs aux actes intéressant les français résidants ou de passage dans le pays de leur résidence. Les actes concernant les français nés à l'étranger ou qui sont nés dans les anciennes colonies et les anciens protectorats qui sont devenus des États indépendants sont conservés par un service situé à Nantes dénommé Service Central de l'État civil qui est placé sous le contrôle du Ministère des affaires étrangères.

Le 12 octobre 2000, le Comité Interministériel pour la Réforme de l'État (CIRE) a supprimé les fiches d'état civil, que se substituaient aux pièces justificatives de l 'identité, de la nationalité ou de la situation familiale, elles étaient réclamées pour de nombreuses démarches administratives (demandes d 'allocations familiales et d'aides sociales, immatriculation à un régime de Sécurité sociale, demandes d'aides au logement, inscription à l'examen du permis de conduire, inscription dans les écoles et établissements scolaires, etc.). Il suffit actuellement de produire, soit l'original, soit une copie lisible du livret de famille, du passeport, de la carte nationale d'identité ou du titre de séjour.

Le Décret 2004-1159 du 29 octobre 2004 pris en application de la Loi du 4 mars 2002 précise les modalités de déclaration du nom et du choix du nom de l'enfant devenu français (art.5), la manière dont est reçue la déclaration conjointe de changement de nom ou d'adjonction de nom, quel contrôle exerce à ces occasions l'Officier de l'Etat civil et les modifications aux dispositions réglementaires qu'entraînent ces nouvelles dispositions.

Les actes d'état civil des français et des étrangers drèssés en pays étranger et rédigés dans les formes usitées dans ce pays, font foi. Les copies ou extraits d'actes d'état civil établis à l'étranger doivent, selon la coutume internationale et sauf convention contraire, être légalisés (Cass. 1ère civ., 4 juin 2009, n°08-10962). La naissance d'un enfant né de parents français en pays étranger peut toujours être inscrite sur les registres de l'état civil français lorsqu'elle sera constatée par des documents réguliers émanant des autorités compétentes du lieu de naissance (Cour de cassation 1ère Chambre civile 17 décembre 2008, pourvoi n°07-20293, BICC n°701 du 1er mai 2009.).

Concernant le refus de transcription des actes de naissance des enfants conçus à l'étranger à la suite d'une convention de gestation pour autrui la jurisprudence de la Cour de cassation a évolué. Dans le derner état des arrêts de la 1ère Chambre, la Cour de cassation a jugé que le refus de transcription ne portait pas une atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée et familiale des enfants, au regard du but légitime poursuivi. L'accueil des enfants au sein du foyer constitué par leur père et son épouse n'est pas remis en cause par les autorités françaises, qui délivrent des certificats de nationalité française aux enfants nés d'une gestation pour autrui à l'étranger. Ensuite, en considération de l'intérêt supérieur des enfants déjà nés, le recours à la gestation pour autrui ne fait plus obstacle à la transcription d'un acte de naissance étranger, lorsque les conditions de l'article 47 du Code civil sont remplies, ni à l'établissement de la filiation paternelle. Enfin, l'adoption permet, si les conditions légales en sont réunies et si elle est conforme à l'intérêt de l'enfant, de créer un lien de filiation entre les enfants et l'épouse de leur père. (1ère Chambre civile 05 juillet 2017, pourvoi n°15-28597, Legifrance et Juricaf, et aussi même Chambre même date, pourvois n°16-16901, 16-16455, n°16-16495 tous publiés au bulletin et Legifrance). L'avis de l'avocat général est paru dans la revue Dr. famille, Etudes 14. Consulter aussi lecommentaire de Madame Pascale Selvage-Gerest, AJ. Famille 2017, p. 431.

La loi française ne permet pas de faire figurer, dans les actes de l'état civil, l'indication d'un sexe autre que masculin ou féminin. Si l'identité sexuelle d'une personne relève de la sphère protégée par l'article 8 de la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, la dualité des énonciations relatives au sexe dans les actes de l'état civil est nécessaire à l'organisation sociale et juridique, dont elle constitue un élément fondateur. La reconnaissance par le juge d'un " sexe neutre " aurait des répercussions profondes sur les règles du droit français construites à partir de la binarité des sexes et impliquerait de nombreuses modifications législatives de coordination. Une cour d'appel, qui a constaté que M. X... avait, aux yeux des tiers, l'apparence et le comportement social d'une personne de sexe masculin, conformément à l'indication portée dans son acte de naissance, a pu en déduire, sans être tenue de le suivre dans le détail de son argumentation, que l'atteinte au droit au respect de sa vie privée n'était pas disproportionnée au regard du but légitime poursuivi. (1ère Chambre civile 4 mai 2017, pourvoi n°16-17189, BICC n°870 du 1er novembre 2017 avec un commentaire du SDER et Légifrance). Consulter l'avis de l' Avocat général au JCP. 2017, éd. G. II, 696. et la note de M. Patrice Le Maigat, Gaz. Pal. 2017, n°19, p.21.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.adelette.net
Marie-Hélène
**
**
avatar

Féminin Messages : 75
Date d'inscription : 28/06/2018
Age : 81
Localisation : finistère Nord

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Dim 15 Juil - 11:09




Du temps où on allait laver le linge à la rivière


Revenir en haut Aller en bas
Adelette
Admin
avatar

Féminin Messages : 42396
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 71
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Lun 16 Juil - 17:51

Merci de ta participation Marie-Hélène


Revenir en haut Aller en bas
http://www.adelette.net
Adelette
Admin
avatar

Féminin Messages : 42396
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 71
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Lun 16 Juil - 17:53


Saint-Denis (93)
Le cœur battant de la nation française

En 1124, quand l’empereur allemand pénètre en Champagne et menace Paris, le roi Louis VI va chercher sur le tombeau de saint Denis l’oriflamme rouge du sang du martyr. Cette oriflamme va devenir le signe de ralliement de ses vassaux et les conduire à la bataille.

C’est ainsi que la nation française a pris corps à Saint-Denis, au milieu de la plaine de France, à dix kilomètres à vol d’oiseau au nord de l’île de la Cité (Paris).




Une ville au cœur de l’Histoire passée et présente

Le terroir agricole et marécageux de l’époque médiévale, piqueté de villages et de hameaux, avec en son centre la prestigieuse abbaye de Saint-Denis, a depuis longtemps laissé place à une banlieue industrielle et dense.

Les automobilistes qui empruntent l’autoroute Paris-Lille ou se rendent à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle distinguent à peine, au milieu de ce capharnaüm, la pauvre silhouette dissymétrique de la basilique. Sans doute prêtent-ils davantage d’attention au Stade de France à l’allure interstellaire.

Tant pis pour eux. Ils passeront sans le voir à côté de l’un des plus beaux conservatoires de notre Histoire, un conservatoire tout ce qu’il y a de plus vivant avec ses habitants de multiples origines, porteurs d’espoirs et de craintes mêlés.

lire la suite ici :
https://www.herodote.net/histoire/synthese.php?ID=2433&ID_dossier=515


Revenir en haut Aller en bas
http://www.adelette.net
Adelette
Admin
avatar

Féminin Messages : 42396
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 71
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Mer 18 Juil - 8:55

Une balade en côte d'Albâtre autrefois

La Côte d’Albâtre, qui doit son nom à la couleur blanc laiteux que prend parfois la mer au pied de ses hautes falaises de craies. Nous faisons une première étape à Dieppe, première station balnéaire de France, où la duchesse de Berry (1798-1870) lance sous la Restauration la mode des bains de mer. Près de 30 ans plus tard, à la fin de l’été 1853, l’empereur Napoléon III et l’impératrice Eugénie y séjournent à l’occasion de leur voyage de noces.



Devenu un important lieu de villégiature pour les classes sociales les plus aisées, la ville se développe dans les années 1880 : après l’inauguration de la gare de Dieppe-Maritime en 1874, de gros travaux de voirie modernisent les quais et le port, et un nouveau casino de style mauresque voit le jour en 1886. Il est détruit pendant la Seconde Guerre mondiale au cours des bombardements qui ravagent un tiers des immeubles de la ville. Pleine de mines, la plage reste inaccessible de nombreuses années. Ville d’art et d’histoire, Dieppe attire aujourd’hui à nouveau les touristes, et accueille même depuis 1980, tous les deux ans, le Festival International de Cerf-Volant. Le prochain aura lieu cette année du 8 au 16 septembre 2018 !

Poursuivons notre promenade sur le littoral. À une trentaine de Dieppe, nous croisons les Valeriquais, habitants de Saint-Valery-en-Caux. Malgré les bombardements de 1940, la maison Henri IV bâtie en 1540 est toujours debout et abrite aujourd’hui l’Office du Tourisme et le Musée d’Histoire locale.



Construite par le riche propriétaire Guillaume Ladiré, et propriété de ses descendants jusqu’en 1881, la maison doit son nom au séjour qu’y aurait effectué Henri de Navarre en 1593.

Après cette étape culturelle, nous nous dirigeons vers Fécamp, ancien port morutier. A l’apogée de son activité, en 1903, le port compte pas moins de 73 morutiers, manoeuvrés par des équipages d’en moyenne 35 hommes !



À bord de leurs trois-mâts, les pêcheurs quittent les côtes européennes pour celles de Terre-Neuve, au large du Canada, d’où ils ramènent les morues. Ces bateaux sont alors appelés des terre-neuviers, et leurs pêcheurs des terre-neuvas.

Nous achevons notre promenade sur la Côte d’Albâtre en allant voir les célèbres falaises d’Étretat, aux pieds desquelles les laveuses et blanchisseuses s’affairent au début du siècle.



La falaise d’Aval, ici en arrière-plan, attire aujourd’hui curieux et photographes du monde entier. Derrière elle, on trouve la Manneporte (de l’ancien français manne porte qui désignait une grande porte ou porte principale), plus large. La plus petite arche des falaises d’Étretat est celle d’Amont. S’y dresse la chapelle Notre-Dame-de-la-Garde, protectrice des pêcheurs.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.adelette.net
Marie-Hélène
**
**
avatar

Féminin Messages : 75
Date d'inscription : 28/06/2018
Age : 81
Localisation : finistère Nord

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Mer 18 Juil - 10:04

  pour ces images d'autrefois !


Revenir en haut Aller en bas
la commingeoise
*****
*****
avatar

Féminin Messages : 6014
Date d'inscription : 18/09/2014
Age : 49
Localisation : Villate, Midi-Toulousain, Haute-Garonne, Occitanie, Pyrénées-Méditerranée

MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   Mer 18 Juil - 10:25



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie de nos ancêtres   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie de nos ancêtres
Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue chez Adelette et ses amis :: La vie de vos ancêtres-
Sauter vers: